Blog

.
4 minutes reading time (792 words)

CHORISTE DES ENFOIRÉS, GRÂCE A MR JEAN-JACQUES GOLDMAN

CHORISTE DES ENFOIRÉS, GRÂCE A MR JEAN-JACQUES GOLDMAN

Cette année, j'ai eu l'immense bonheur d'être contacté par Jean-Jacques Goldman pour poser ma voix sur le nouveau single des Enfoirés 2015 "Toute la vie".

J'aimerais ici lui exprimer ma gratitude et profiter de ce billet pour remettre certaines choses à leurs places, suite à l'injuste polémique à laquelle nous faisons face.

CONSTAT POUR LE MOINS ALAMBIQUÉ

En tant qu'éternel observateur du genre humain auquel je crois dur comme fer, malgré ses divers dysfonctionnements logiques, je savais bien que parmi nous, subsistaient encore et toujours des petites cohortes de sodomiseurs de coléoptères, adeptes des discours stériles.
 Alors, sans affolement aucun afin de ne pas inciter mon âme à un mimétisme insignifiant, je vais m'exprimer à mon tour à ce sujet. Bien...

Qui est donc fondamentalement le créateur de cette chanson, Jean-Jacques Goldman ? Un piètre artiste ? Un insensible ? 
Un donneur de leçons ? Un non-humaniste ? Un exhibitionniste ? Un égoïste ? Un intolérant ? Un fasciste ? Un aigri ? Un dictateur peut-être ? 
Il demeure aux antipodes de tout cela, indubitablement. Que l'on adhère à son univers ou pas, il est un éternel exemple artistique et humain.

Et à présent, voilà que ces inconditionnelles cohortes dont je vous parlais au début de ce statut le traitent de reac', moraliste et j'en passe...parce qu'il expose un vaste et évident contraste entre les générations et la difficulté des jeunes d'aujourd'hui à trouver un sens à leurs vies, compte tenu de tout ce que peut contenir leur héritage pour le moins paradoxal. Il n'y a aucune démarche réactionnaire là-dedans.
Ensuite, il s'agit là d'un dialogue...un D.I.A.L.O.G.U.E au gré duquel adultes et adolescents se titillent mutuellement. Ceci est l'axe tangible sous lequel la chanson a été écrite et nul n'est exclusivement torturé, malmené ou moralisé...
Et enfin, tout finit sur une note de confiance envers l'avenir. Un constat alchimique, en somme…et une pierre solide sur la route du Vivre-ensemble, fidèle à l'âme du créateur. 
À bon entendeur...

 

UNE FIERTÉ, SUR MON CHEMIN

De plus, cette chanson, j'y ai posé ma voix et j'en suis fier. Lorsqu'aussi, je découvre que le passage ayant le plus engendré la polémique contient également ma phrase: "Nous, c'est chômage, violence et sida", je suis curieusement d'autant plus fier.
Ce qui me heurte néanmoins, c'est la pugnacité de ceux qui mettent tout en œuvre pour faire perdurer ces océans d'affèteries, alors que tout a été expliqué par Jean-Jacques Goldman lui-même de manière limpide, suite aux premières vagues d'incompréhensions, car oui, ne pas se comprendre, cela peut forcément arriver. Mais attendez...qu'ai-je lu de sidérant ?
"Chanson anti-pauvres et anti-jeunes"... Hum... Quel est le rapport ?
En fait, à l'évidence, certains cherchent juste à pourrir davantage une civilisation déjà considérablement abîmée avec leur défaitisme pathologique chronique. Quelle complaisance et quel dommage, je les plains...

Chaque année, grâce en grande partie aux chansons de Jean-Jacques, on récolte de l'argent pour donner à bouffer à ceux qui n'ont rien. Alors si les "rebellocrates" de service veulent trouver des vecteurs de scandale, qu'ils réalisent, à défaut de vouloir taper sur ceux qui changent les choses, tout ce qu'il se passe réellement dans le monde...qu'ils s'instruisent un peu plus à défaut de s'en tenir à ce qu'ils ne font certainement qu'entrevoir au JT (si tant est qu'ils daignent y jeter ne serait-ce qu'un œil ou une oreille)...et qu'ils nous épargnent leurs dissidences de cours de recréations...ainsi, ils recueilleront un sacré lot de véritables injustices, toutes aussi fondées les unes que les autres, et ils pourront peut-être par ce biais, recueillir de de vraies raisons de s'insurger. Ils souhaitent nous parler de conscience ? Alors, avant de donner des leçons, qu'ils commencent à préparer une soupe pour les pauvres de leurs rues. Que dis-je... Un sandwich, un café et un gâteau feront le bonheur de ces pauvres gens. L'égocentrisme de l'être humain lui fait malheureusement bien souvent oublier le sens profond de la vie et de tout ce qu'elle comporte.
Un peu comme une mode dont il s'abreuve aveuglement, ce dernier prône des aprioris exacerbés sans fondement aucun, pratique la victimisation pour la victimisation, controverse pour controverser, se sent stigmatisé pour jouer au révolutionnaire de bas-étage, instiguer des climats néfastes qui divisent et détruisent...et oublie que le bonheur ne dépend que de ses conditions intérieures qui le poussent malheureusement bien souvent à perdre son temps dans des élans maupiteux ne faisant que pourrir son monde.
 Loin de nous svp...

Mais personnellement, j'y crois... 
Et je sais de surcroît que nous serons toujours plus nombreux, quoi qu'il arrive, à nous battre ensemble, pour lutter contre la pauvreté...tout comme le racisme et les déséquilibres dévastateurs. Restons unis...

Et... Bravo Jean-Jacques, ne les écoute point, tu as déjà vu bien pire, camarade. 
Amitiés

Tommy

P.s: Un merci spécial à Tyty Blanchard !

 

EXTRAIT DU PROCHAIN OPUS, EN EXCLUSIVITÉ: "NIGHT C...
PREMIÈRE PARTIE DE LYNDA LEMAY, FESTIVAL DE LA CHA...